Découvrir les valeurs de l’Europe avec Miguel Hernandez à Alicante (première mobilité du 4 au 10 mars 2017)

Après avoir recherché, synthétisé, créé, imaginé, préparé milles activités,  nous voici dans l’avion qui nous emmène à Alicante avec Mmes Corbin et Ruiz :

 Laura et Angélique Océane et Manon

Accueil à l’aéroport, nuit en famille (très sympa !) et dès le lendemain, dimanche, visite d’Alicante, dernière ville espagnole ayant résisté aux nationalistes de Franco

 Carlos Brotons a commenté les lieux de  mémoire d’Alicante   Ici le marché  où, le 25 mai 1938, un bombardement des nationalistes a fait 300 victimes civiles           Visite du château qui servait de prison 

Lundi, après le discours d’accueil du proviseur Antonio Martin-Macho Diaz du lycée Miguel Hernandez, nous avons justement présenté la vie de Miguel Hernandez qui était un poète républicain mort  suite à sa détention dans les prisons nationalistes, il luttait pour la liberté, la tolérance, le respect de l’autre.                            Manon et Laura

Nous avons ensuite visité l’exposition permanente du lycée dédiée à ce poète avec Antonio Lopez Cruces, professeur de littérature espagnole… Mmes Nemeth, Jarecka, Tarnowska, M. Antonio Lopez Cruces, Mme Corbin devant l’exposition Miguel Hernandez

 et dégusté la pericana, repas de guerre à base de poisson séché !     

Chaque lycée devait concevoir une affiche de propagande républicaine pour un concours, voici la nôtre…… mais ce sont les équipes polonaise et hongroise qui ont gagné ! Congratulations ! Bravo !

 L’après-midi, visite des refuges de   guerre place Seneca. Visite  impressionnante ! Nous sommes allés dans les refuges et nous nous sommes blottis dans un coin alors que retentissait une explosion !

 Le lendemain, nous avons poursuivi nos présentations en anglais, espagnol et français sur la Nueve, ce bataillon de 160 soldats dont  146 étaient de jeunes républicains espagnols décidés à rejoindre le Gal Leclerc pour libérer la France du nazisme. Chaque groupe d’élèves devait présenter la vie d’un soldat de la Nueve et son parcours. Poèmes de Miguel Hernandez chantés par le groupe Rapsodia sobre Miguel Hernandez

Chaque groupe a ensuite commenté un poème de Miguel Hernandez (La Nana de la Cebolla, Las Abarcas Desertas (le nôtre !), El Herido…) Miguel Hernandez écrivait des mots très simples empruntés à des situations de la vie quotidienne pour évoquer des sentiments très forts, déchirants, des images très suggestives liées à sa propre vie de résistant.  Commentaire du poème

 la chorale du lycée, sous la direction du professeur de musique, a chanté ses poèmes

Pour terminer la journée, direction les Archives Municipales pour découvrir l’exposition sur la guerre civile espagnole commentée par Jose Antonio Fernandez Caballo, ancien professeur agrégé d’histoire et membre de la Commission pour la Récupération de la Mémoire Historique. Présentation des colonies organisées par les Républicains pour éloigner les enfants de la guerre. Traduction par Mme Ruiz

 Les participants…. quel soleil !

Mercredi, exposition Llapis Paper i Bombes (prêtée au lycée Rémi Belleau en septembre 2016)   Cette exposition présente les ressentis des enfants au travers de leurs dessins. Lieux où étaient situées les colonies

 les enseignants participants devant les dessins de l’exposition, Mmes Jarecka, Sanz, Ruiz, Beladi, Tarnowska, Corbin, Juan Perez, Delgado et M. Ramon Galdran, membre de la Commission pour la Récupération de la Mémoire Historique.

Puis travail en groupes multilingues pour effectuer le compte-rendu en français, anglais et espagnol de cette mobilité.

Jeudi, visite et accueil à la Mairie d’Alicante :Discours de Maria José Espuch, 1ère adjointe au Maire d’Alicante, traduit par Mme Ruiz  

Après midi, direction Orihuela et visite guidée de la maison natale de Miguel Hernandez.    Visite du quartier de San Isidro où les habitants ont illustré les poèmes de Miguel Hernandez sur les murs de leur maison en hommage au poète 

  

Dernière soirée en famille… rigolades, photos, cadeaux…. Notre séjour arrive à sa fin, il faut déjà se quitter. Quelle semaine ! Désormais nous parlons espagnol sans trop d’hésitation et nous avons tant appris sur la vie en Espagne et l’histoire de ce pays…. des liens d’amitié se sont formés  !

 Dernières minutes à l’aéroport

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *